Death Rally – Test

Posté par & dans la catégorie .

Le premier jeu dont je souhaiterai vous causer sur ce blog c’est Death Rally. Oui, j’y rejoue un peu en ce moment, c’est donc l’occasion rêvée pour vous en parler.

Death Rally est un jeu de course de voiture développé par Remedy Entertainment, un studio de développement finlandais qui est notamment l’auteur de la série des Max Payne, et édité par Apogee Software, éditeur bien connu de nombreux jeux dans les années 80/90.

Synopsis :

Dans un futur proche des courses sauvages de voitures sont organisées. Tous les coups sont permis pour gagner. A bord de votre bolide le but est de gagner par n’importe quel moyen. Le but ultime est de terminer premier du ladder (20 pilotes) pour pouvoir affronter le pilote ultime appelé the Adversary sur un circuit inédit « the arena ». Avant d’en arriver là il vous faudra remporter un paquet de courses.

La prise en main du jeu est train simple. On choisi d’abord la tête de son pilote (parmi 20 choix),  puis si on veut des armes ou pas. Euuhh je ne pense pas avoir au moins une fois choisi de faire une partie sans armes… Ensuite on choisi son niveau de difficulté proposé parmi 3 différents :

  • Facile : Speed Make Me Dizzy
  • Moyen : I live to ride
  • Difficile : Petrol In My Veins

Ensuite on choisi sa course. Comme notre bolide est une vieille bicoque ressemblant à une coccinelle on choisi la course facile et c’est parti !

Les courses se présentent vues de dessus et on en peut avoir que 3 concurrents à la fois. Pour gagner, 2 moyens : soit franchir la ligne d’arrivée le 1er soit mettre hors course ses 3 adversaires. Si vous parvenez à détruire les 3 autres véhicules la course s’arrêtera automatiquement et vous aurez un bonus d’argent.

A la fin de chaque course on vous attribuera un nombre de points et d’argent en fonction de votre position et vous pourrez constater votre progression dans le ladder.

A la fin de chaque course il est possible de réparer les dégâts qui ont été causés à votre véhicule (Conseil : toujours repartir avec 0% de dégâts). On peut également upgrader son véhicule suivant sa catégorie. 3 upgrades possible :

Le moteur : augmente la vitesse de basse de la voiture.

Les pneus : permet un meilleure adhésion au revêtement des circuit.

L’armure : augmente la résistance de base du véhicule.

Ensuite on passe au shop pour ajouter des addons temporaires à sa voiture : Il est ainsi possible de saboter le véhicule d’un concurrent, le monter des pics sur le devant de votre voiture, d’installer des mines (assez dévastateur) à larguer en course et enfin d’installer une super turbo (plus puissant que le boost pas défaut).

Graphisme / animations / sons :

Graphiquement le les textures sont plutôt de bonnes qualité. On notera quelques éléments en 3D qui donnent une impression de profondeur aux circuits. Les bolides sont aussi modélisés en 3D.

Les animations sont correctes, sans plus. aux abords des circuits on voit juste quelques spectateurs qui agitent les bras. Il est possible de les tuer à coup de mitraillette ou de leur rouler dessus. A ce moment là on verra apparaître une immonde mare de sang dans laquelle il est possible de rouler et de laisser une jolie trace rouge de pneu. Oui, c’est un jeu assez gore.

 

L’avis d’Ultimate Retrogaming :

Si Death Rally n’est pas le meilleur jeu de courses auquel il m’ait été donné de joué, je dois avouer que j’ai toujours pris beaucoup de plaisir à y rejouer. Surtout que depuis il n’y’a pas eu beaucoup d’alternatives.

Le jeu disponible sous DOS a été porté en 2009 sous Windows et est disponible gratuitement sur le site de l’éditeur. Télécharger Death Rally.

Plus récemment (2011) une version iPhone/iPad a été développée. Après avoir vu quelques screens ça donne vraiment envie d’y jouer. Dommage qu’il ne soit dispo que sur ces plateformes mobiles.

 

(Attention article pas terminé et qui sera surement refait plus tard, mais publié sous la contrainte de @sos_seo ^^ )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *